Votre exposition / Soins personnels / Les cosmétiques

Les cosmétiques

Les ingrédients de nos produits de beauté se sont multipliés et diversifiés; ils sont encore très peu testés et insuffisamment réglementés. Leurs fonctions sont variées : émulsifiants, parfums, agents de conservation, antioxydants, agents de texture, pigments ou autres. Certains composés chimiques utilisés dans la fabrication des cosmétiques sont bien connus pour leur effet cancérigène, d’autres sont des perturbateurs endocriniens potentiels.

Divers composés chimiques sont absorbés par la peau. D’autres sont inhalés après qu’on les ait vaporisés ou qu’ils se soient évaporés au cours de la douche, par exemple. Enfin, ce qu’on applique sur les lèvres finit immanquablement dans notre bouche. Le rouge à lèvres n’est pas conçu pour être comestible, mais est tout de même ingéré.

L’utilisation de cosmétiques est en hausse chez les femmes, surtout chez les adolescentes. Ces dernières utilisent en moyenne 17 produits par jour, soit 5 de plus que leurs mères, pour un total de 174 ingrédients différents, révélait une étude américaine en septembre 2008.

Selon cette étude, des adolescentes de toutes les régions des États-Unis étaient bel et bien contaminées par des produits chimiques largement employés dans les cosmétiques. Les substances trouvées dans leur organisme pouvaient provenir d’autres sources, mais les produits de beauté ont été fortement soupçonnés. Le danger pour les jeunes filles est d’autant plus grand qu’elles sont en plein développement, notamment quant à la maturation de leur système reproducteur.

Aujourd’hui, le khôl, un fard oriental noir utilisé pour marquer le contour des yeux, contient jusqu’à 50 % de plomb. Et malgré la connaissance que nous avons des dangers du plomb, une étude récente a montré que plusieurs rouges à lèvres de marques très connues en contiennent encore.

La réglementation
L’Europe est l’endroit où la réglementation concernant les cosmétiques est la plus sévère. Aux États-Unis, très peu d’ingrédients sont interdits, mais la réglementation change d’un État à l’autre. Le Canada se situe à mi-chemin, disposant d’une liste des ingrédients dont l’utilisation est restreinte ou interdite dans les cosmétiques et exigeant un étiquetage obligatoire des ingrédients pour les cosmétiques.

Cependant, si au Canada les fabricants doivent indiquer la liste des ingrédients de leurs produits sur le contenant, ils ne sont toujours pas tenus d’en indiquer la concentration. De plus, les contrôles sont peu fréquents.

Certaines restrictions peuvent être contournées en utilisant un DIN, numéro d’identification de médicament. On attribue un DIN aux produits qui contiennent un ou des ingrédients actifs. Alors, ils ne sont plus soumis aux lois sur les cosmétiques, mais à celles sur les aliments et les drogues. C’est ce qui arrive souvent pour les crèmes solaires, baumes pour les lèvres, certaines crèmes antirides ou autres produits auxquels on prête des propriétés médicinales.

L’industrie seule teste ses cosmétiques, aucun organisme indépendant ne les vérifie, et elle n’est nullement obligée de déclarer les plaintes qui lui sont adressées. Le gouvernement du Canada a entrepris de revoir et de resserrer au besoin les lois sur les aliments et les produits de consommation, incluant les produits de beauté. L’entrée en vigueur de nouvelles lois et réglementations est prévue pour 2009.

Voir le tableau des ingrédients et produits qui agissent comme des perturbateurs endocriniens.

[retour]

  • Les produits de soins personnels

    Les produits de soins personnels sont nombreux à contenir des perturbateurs endocriniens. Dans nos sociétés industrialisées, tous, bébés, enfants, ados, hommes et femmes de tous âges, utilisent l’un ou l’autre de ces produits. Il est possible d’effectuer des choix pour protéger sa santé.

    [en savoir plus]

  • Les vêtements

    Les vêtements sont souvent en contact direct avec la peau, une des portes d’entrée des substances chimiques nocives qui les composent. Les vêtements subissent de plus en plus de traitements imperméables, antitaches, ignifuges ou même antimoisissures et antibactériens. Ces traitements contiennent des substances nocives.

    [en savoir plus]

  • Quelques conseils

    Des perturbateurs endocriniens se cachent dans la routine des soins personnels et même dans les vêtements. Par où commencer pour les éviter? Voici quelques conseils.

    [en savoir plus]

© Lise Parent, 2009